Office de Tourisme de Livarot (Calvados)

Accueil Histoire Patrimoine et Terroir Visitez Livarot et son Canton Activités et Loisirs

 

Les premiers seigneurs de Livarot :

 

De l’an 500, date de la fin de l’occupation romaine à l’an 912, il n’existerait aucun document sur Livarot ; c’est la nuit noire et épaisse.

De 912 à 1095, des historiens relatent des faits et donnent des noms, mais d’autres érudits, s’appuyant sur un document font partir les annales de notre cité, qu’à partir de 1095.

Rollon, reconnu 1er Duc de Normandie par le traité de Saint Clair sur Epte, s’adjugeait la part du lion dans le partage des terres de notre contrée ; il se trouve que Livarot fit partie de son apanage.

Son fils et successeur Guillaume Longue Epée garda ce territoire.

Jusqu’à la Révolution, les terres de Livarot appartinrent à une même famille, même si les noms changent en raison des mariages des héritières ; ainsi, une fille Gonnor épousa Crespin, leur fils Guillaume 1er Crespin porta, le premier, le titre de Sire de Livarot ; guerrier redoutable, il se distingua à la bataille de Mortemer en 1055, puis avec Guillaume le Conquérant, fit des prodiges à la bataille d’Hasting. Son fils Guillaume II, grâce à sa vaillance reçu le surnom de " Brave ".

En 1272, leurs descendants prirent le titre de Baron de Livarot.

Les Anglais, s’étant emparés de la forteresse de notre cité, en 1356, Robert IX de Neubourg et Bertrand du Guesclin firent, en vain, le siège de la citadelle.

Vers 1575, d’Arces, Baron de Livarot, devint l’un des Mignons du Roi. Il fut l’un des participants du célèbre duel ayant eut lieu à Paris, Marché aux chevaux, le 25 avril 1578 ; ce fut le " duel des Mignons " ou des " trois contre trois " qu’Alexandre Dumas décrit fidèlement dans son roman " la Dame de Monsoreau ".

Henri II avait érigé la terre de Livarot en Marquisat.

Deux marquis livarotais furent successivement gouverneurs de Lisieux sous Louis XIII (1632) puis sous Louis XIV (1653).

En 1650, un marquis de Livarot participa, avec bravoure et sous les ordres du Maréchal de Luxembourg à la bataille de Fleurus où il fut blessé.

Le seul vestige des familles qui possédèrent la terre de Livarot, se trouve actuellement sur une stèle au pied du grand Cèdre du Liban, dans le cimetière du Mesnil-Durand.

On y lit l’épitaphe suivante :

" Ci-gît, haute et puissante Dame Jeanne Françoise d’Avy, veuve du haut et puissant seigneur Jacques de Nicole, comte de Livarot, Mestre de Camp de Dragons, précédemment aide de Camp de Charles XII, Roi de Suède, puis colonel du Régiment de Stralsunt, décédée le 24 septembre 1782 ".

A côté de cette pierre tombale, se trouve un Du Verger, membre de l’échiquier de Normandie, mort la même année que Guillaume le Conquérant (1087).

En tant que baronnie officielle, la terre de Livarot avait duré de 1272 à la Révolution.

C’est au pont de Livarot, et non à la cité même, qu’était l’ancien tabellionnage royal et héréditaire de la Châtellenie, le bourg n’avait qu’un tabellionnage féodal, non héréditaire.

fleche animee 1.gif (12043 bytes)       Fleche animee 2.gif (11998 bytes)
Retour        Suite